Comment Allan Kardec a-t-il codifié la doctrine spirite?


Bien que Kardec ne soit pas un scientifique de profession, lié à une branche spécifique des sciences, il était porteur d'un «esprit scientifique», car il contenait toutes les conditions indispensables à la profession: 1) Sérénité envers les faits médiumniques, ni ni ni ni affirmée en principe; 2) Maîtrise de soi pour ne pas être enthousiasmé par les premiers résultats; 3) Soyez prudent lors de la sélection des communications; 4) prudence dans les déclarations, pour éviter la divulgation hâtive de faits non encore examinés et prouvés et; 5) L'humilité de rechercher la vérité avant et surtout.


Le spiritisme et la science ne sont pas des forces antagonistes, mais au contraire, ils se complètent. La science proprement dite a pour objet l'étude des lois du principe matériel, tandis que le spiritisme a pour objet la connaissance des lois du principe spirituel et, comme c'est une des forces de la nature qui réagit sur le principe matériel, la connaissance l'un n'est pas complet à l'insu de l'autre. En ce sens, on observe que la science sans spiritisme ne peut expliquer certains phénomènes en utilisant uniquement des lois matérielles. Dans la même veine, le Spiritisme sans Science se vide de support et de preuve.



Dans le processus de codification du spiritisme, Allan Kardec a utilisé la méthode expérimentale, similaire à celle utilisée par les sciences positives. Cette méthodologie était basée sur l'observation, la comparaison, l'analyse systématique et la conclusion. Il n'y avait pas de théorie préconçue sur l'existence des esprits et d'autres principes doctrinaux, dont la conception ne s'est produite qu'après l'observation et la vérification des faits. En d'autres termes, ce n'est pas l'observation des faits qui a abouti à la confirmation d'une théorie du spiritisme, mais la théorie n'est apparue qu'après vérification des faits, dont le but était de les expliquer. Par conséquent, le spiritisme est une science de l'observation et non un produit de l'imagination de l'homme [1].


Dans l'exercice de la méthode expérimentale, il a tenté de retracer les effets aux causes par déduction et enchaînement logique des faits, n'admettant une explication valable que lorsqu'elle a résolu toutes les difficultés du problème, ayant toujours procédé de cette manière dans ses travaux antérieurs. Bien que Kardec ait utilisé la méthode inductive pour tisser les premiers fondements de la doctrine spirite, en observant différents exemples pour tirer une conclusion générale, il a également utilisé le soi-disant processus déductif, raisonnement par lequel les conclusions sont tirées à travers des prémisses données, un car les processus scientifiques nécessitent une combinaison des deux.


Un aspect d'une importance fondamentale par rapport à la méthode de codification de la Doctrine est ce que nous appelons le contrôle universel des enseignements des Esprits, caractérisé par deux aspects importants: La généralité ou l'universalité des enseignements, qui ont une validité universelle, Dieu ayant confié aux Esprits de les prendre d'un coin à l'autre de la planète, se manifestant partout; l'accord des enseignements, car ils utilisaient un grand nombre de médiums qui étaient étrangers les uns aux autres et à divers endroits, mais tous en accord avec les enseignements.





Revenant au thème de la Genèse, Kardec enseigne que la généralité et l'accord dans l'enseignement sont le caractère essentiel de la Doctrine, la condition même de son existence, résultant en tout principe qui n'a pas encore reçu la consécration du contrôle de la généralité ne peut être considéré comme faisant partie intégrante de la même doctrine, étant toujours une opinion isolée, et le spiritisme ne peut pas assumer la responsabilité.


L'opinion concordante des esprits, examinée par la logique, constitue la force de la doctrine spirite, assurant sa pérennité. Pour qu'elle change, l'universalité des Esprits devrait changer d'avis, en disant le contraire, puisqu'elle a sa source dans l'enseignement des Esprits et, pour qu'elle succombe, il faudrait que les Esprits cessent d'exister. [2]


Ainsi, on observe que Kardec a compris dans son cœur la gravité des phénomènes qu'il était disposé à observer, et la manière dont ils pouvaient révolutionner les idées et les croyances. Pour cette raison, il a essayé d'agir avec beaucoup de circonspection, étant positiviste et non idéaliste, afin de ne pas être contaminé par des illusions.


  1. [1]KARDEC, Allan. A Gênese. 53 ed.Brasília: FEB, 2013. p. 22. [2]KARDEC, Allan. A Gênese. 48. ed. Rio de Janeiro: FEB, 2005. p. 11.

2020 © Todos direitos reservados Conhecendo o Espiritismo