Le mouvement spirite doit-il donner son avis sur la politique?


Le plus grand d'entre vous soit le moins; et celui qui gouverne comme il sert. »[1] En regardant de près l'humanité, nous voyons que la transformation intime ne devient efficace et vraie que lorsqu'elle est irradiée vers la collectivité dans laquelle nous vivons. Le spiritisme nous parle de la réalité de l'esprit et de son processus évolutif, nous apprenant que le bonheur est une construction individuelle et collective, et qu'il n'est pas possible pour l'individu d'être heureux de voir son environnement plein de besoin, de larmes et de douleur.


Y aura-t-il une relation entre le spiritisme et la politique? En ce qui concerne l'aspect philosophique, le spiritisme a beaucoup à voir avec la politique, car cela doit être l'art de gérer la société de manière équitable. Par conséquent, le spirite ne peut pas décliner sa citoyenneté et doit la vivre consciemment et de façon très responsable. Quel serait alors le sens de la déclaration de Kardec en conseillant aux centres de mettre de côté les questions politiques? Que nous ne devons pas apporter au centre spirite les campagnes et les militants du parti, car la place pour leur exercice est dans les associations et les lieux respectifs.


Cependant, des principes mêmes du spiritisme se posent des questions politiques. Dès l'instant où l'on parle de réforme intime et morale, d'une nouvelle vision du monde, d'une transformation de la société, d'un détachement des biens matériels, de la pratique de l'amour, de la justice et de la charité, on parle de politique. Dans la question n ° 573 du Livre des Esprits, lorsque les esprits sont interrogés par Kardec sur leur mission, ils répondent d'être d'instruire les hommes, de les aider dans leur progression et aussi; d'améliorer leurs institutions par des moyens directs et matériels [2].


Ainsi, le spirite ne peut pas s'aliéner au sein de la société dans laquelle il vit, affirmant que le spiritisme et la politique n'ont aucun rapport, car il faut se rappeler que la vie matérielle et la vie spirituelle sont des dimensions continues de la vie elle-même. Pour le spirite, cette action politique doit s'inspirer de l'aspect philosophique du spiritisme, qui le conduit à aimer son prochain, à désirer son bien, à stimuler la société humaine à avoir des habitudes spirituelles, à développer l'intelligence et à élaborer des lois justes. , pour le bien de tous.





Le spiritisme travaille avec l'éducation. C'est la base de la Doctrine elle-même, parce que pour la pratiquer, nous devons nous éduquer, ayant un contenu extrêmement politique, car elle change la façon dont nous voyons le monde et agissons en lui. Il est à noter de ne pas chercher la politique dans l'aspect partisan, mais d'aider à la prise de conscience des spiritualistes sur la façon de comprendre la société et d'agir de manière plus positive.


Dans la présentation du livre Spiritisme et politique, l'enseignant Ayrton Aylton Paiva élucide de ne pas stimuler à participer à la politique partisane des spirites, ni d'affirmer que le spirite doit ou non participer activement à une organisation politique, mais seulement de reconnaître le droit du spirite à choisir librement, en tant que membre d'une société, comment il contribuera à l'amélioration progressive des relations humaines dans le sens de la paix, de la justice et de l'amour fraternel [3].


Il convient de mentionner un texte d'Emmanuel, intitulé «Politique», présent dans le livre Alma e Luz [4], par la psychographie de Chico Xavier, où il commence par citer l'Evangile de Luc, chapitre 22, verset 26, qui apporte la phrase de Jésus: « Et celui qui gouverne, c'est comment il sert. » Dans le texte, l'auteur spirituel enseigne que l'Évangile présente également la plus haute formule de la vie politique administrative aux peuples de la terre, mais toute la vérité de ses leçons divines ne pénètre pas encore ceux qui prétendent ne pas sympathiser avec de tels travaux. Maîtrise


Il dit que l'enjeu majeur est de trouver un élément humain prêt à réaliser le principe sublime dans la mesure où les idéaux démocratiques du monde ne découlent que de l'enseignement du Sauveur. Question de savoir si un sociologue sur la planète peut trouver une plate-forme supérieure au-delà de la glorieuse synthèse qui revendique au souverain les qualités légitimes du fidèle serviteur? Il déclare que les révolutions, qui ont versé tant de sang, étaient la démonstration d'un désir d'obtenir la formule sacrée dans la réalité politique des nations et étaient pourtant des mouvements criminels, déloyaux, infidèles et pervers, avec de faux politiciens dans les actions du gouvernement commun.





Affirme correctement que l'enseignement de Jésus est toujours au-dessus de la compréhension vulgaire des créatures, car la grande majorité des hommes sont concernés par la conquête des positions d'autorité et de preuve parce qu'ils sont excessivement intéressés par leurs propres avantages et l'immédiateté de la créature. ignorant que le Christ là-bas compte sur eux, mais pas comme ceux qui gouvernent tyranniquement ou arbitrairement, mais comme ceux qui servent avec joie, c'est-à-dire non pas en administrant des coups de force, mais en obéissant au schéma divin avec les êtres et Les choses de la vie. Il conclut en disant que Jésus est le gouverneur suprême de la terre et, en même temps, le serviteur suprême des créatures humaines.


Herculano Pires, dans l'ouvrage The Spiritist Center [5], explique que le spiritisme est lié à tous les domaines des activités humaines, ne visant pas à s'enraciner en eux, mais à apporter les lumières de l'Esprit, car servir le monde par Dieu est leur fonction et non de servir Dieu à travers le monde. Ainsi, nous comprenons le spiritisme et la politique comme fondamentaux pour la construction d'une nouvelle société.


Souvenons-nous également que des travailleurs reconnus du mouvement spirite ont mené, avec des mérites, des activités politiques avec les pouvoirs publics, tels que Cairbar Schutel, José de Freitas Nobre et notre cher Adolfo Bezerra de Menezes.

Soutenu, donc, dans la morale évangélique et sans s'engager dans des sous-titres ou des organisations de parti, le Mouvement spirite peut contribuer, dans le domaine des idées, à la solution des problèmes politiques et sociaux qui surgissent naturellement dans le processus d'évolution planétaire. Et pour terminer la question, nous apportons la déclaration de Kardec dans The Genesis:

Le spiritisme ne crée pas de renouveau social; C'est la maturité de l'humanité qui fera de ce renouveau une nécessité. Pour son pouvoir moralisateur, pour ses tendances progressistes, pour l'étendue de ses vues, pour la généralité des questions qu'il couvre, le spiritisme est plus apte que toute autre doctrine à soutenir le mouvement de régénération, il est donc contemporain de ce mouvement. [6]

[1] Lucas 22:26.


[2] KARDEC, Allan. O Livro dos Espíritos. 93 ed. Brasília: FEB, 2013. Q. 573. p. 275.


[3] PAIVA, Ayrton Aylton. Espiritismo e Política, contribuições para a Evolução do Ser e da Sociedade. [s.l.]: FEB, [2014?]. p. 17.


[4] XAVIER, Francisco Cândido. Alma e Luz. Pelo Espírito Emmanuel. [s.l.]: IDE: 1990. p.14.


[5] PIRES, José Herculano. O Centro Espírita. São Paulo: Paideia. 2008. p. 56.


[6] KARDEC, Allan. A Gênese. 53 ed. Brasília: FEB, 2013. p. 368.

2020 © Todos direitos reservados Conhecendo o Espiritismo